mercredi 28 septembre 2011

104

Le tricot, je l'envisage tel un sport avec des niveaux à gagner, en faisant des trucs de plus en plus durs.
Alors depuis que je tricote, je monte de niveau en niveau. Et là, j'avais envie de m'attaquer à un gros truc :

les torsades

Équipée comme il se doit avec cette aiguille toute biscornue, j'ai regardé dans mes livres si je n'avais pas un modèle sympa mais pas trop compliqué (histoire de ne pas se pendre avec la laine au bout de trois rangs). J'avais flashé sur le gilet Compiègne de la Droguerie. Mais après trois lectures des explications, je n'avais toujours pas compris comment le tricoter. Franchement la Droguerie, dès que l'on passe à des modèles un peu plus compliqué c'est mortellement incompréhensible.
Je ne me suis pas laissée démonter et j'ai eu la magnifique idée d'adapter un gilet tout simple : le Lady Kina. Je l'avais déjà tricoté, mais jamais montré fini car il était beaucoup trop grand. Je n'aime pas rester sur un échec et je voulais le refaire. Les torsades étaient parfaites pour casser la monotonie des km de jersey de ce modèle.

Donc un Lady Kina en taille S et des aiguilles circulaires 4 (pour être sur de ne pas avoir un parachute sur les épaules), une torsade de chaque côté du devant, une petite tresse sur chaque manche et une grande tresse dans le dos. Deux boutons au lieu d'un seul et pas mal de centimètres en plus en longueur.
Bon c'est sur avec toutes mes modifications j'ai un peu perdu le charme de ce gilet : les petits plis et les manches un peu larges. Je me suis même fait peur pour mes manches et j'ai du rajouter au dernier moment des mailles pour permettre à mes bras de passer dedans et c'est juste !
La calculette a été ma meilleure amie au tout début, histoire de ne pas trop me planter et de bien centrer les différentes tresses, d'ailleurs celles des manches sont un peu trop sur le devant, mais bon je m'attendais vraiment à plus d'erreurs que ça.




Alors, alors ces fameuses torsades... Et bien c'est trop facile ! C'est tellement facile que je ne comprends pas la montagne que je m'en suis faite.
Bon je me suis pris un peu de stress de temps à autre avec les trois aiguilles à gérer en même temps et les mailles réparties dessus (je ne compte pas le nombre de mailles perdues et récupérées !) mais au moins ça permet de rester attentive et de ne pas s'endormir sur tout ce jersey.
Et puis le gros avantage (outre le fait que c'est classe) c'est que cela fait monter le tricot beaucoup plus vite ! Au lieu de compter rang après rang, je comptais motif après motif (de 8 rangs) et c'est beaucoup plus encourageant. Rien que pour ça je signe de suite pour refaire de la torsade.

Pour résumer : Les torsades c'est cool ! Et dire aux gens qu'on tricote des torsades c'est encore plus cool ^^



Mes niveaux pas encore atteints (et donc mes prochains objectifs) : de la dentelle très compliquée, du jacquard, un gilet entier en toute petite aiguille.

3 commentaires:

  1. Moi aussi un jour je vais me lancer dans les torsades, mais ce qui est sur c'est que ça sera moins bien réussi !! Je suis BLUFFEE par tes doigts en or !!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour les commentaires !

    Marie-em -> en fait c'est très (trop ?) simple. Mais il ne faut pas trop l'ébruiter car sinon, plus personne ne félicitera notre top niveau en tricot ^^

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser une trace de votre passage sur votre blog !
Blogger ne me permet pas de vous répondre grâce à votre adresse mail, je réponds donc à la suite des commentaires.

A bientôt
Lirbis